Les points clés à retenir

Pour les personnes ayant passé la formation PSC1 à l’intérieur de leur établissement scolaire, voilà un pense-bête qui vous permettra de revoir rapidement tous les points clés de la formation.

Remarque : pour toute personne n’ayant pas suivi de formation PSC1, les rappels suivants ne peuvent être utilisés sans un apprentissage des conduites et gestes à tenir face à une situation de détresse. Nous vous encourageons donc à suivre cette formation afin de devenir un acteur citoyen de votre société.

1- La protection

L’alerte des populations consiste à diffuser un signal destiné à avertir les individus d’un
danger imminent ou qu’un événement grave, en train de produire ses effets, est
susceptible de porter atteinte à leur intégrité physique. Il se compose de deux codes
distincts :
• le signal national d’alerte : variation du signal sur trois cycles successifs d’une
durée de 1 minute et 41 secondes ;
• le signal de fin d’alerte : signal continu de 30 secondes.

Dès le déclenchement du signal national d’alerte et jusqu’au signal de fin d’alerte :
• se mettre à l’abri, de préférence dans un local clos ;
• se confiner ;

s’informer sur la situation en écoutant la radio ou en regardant la télévision.
Pour se confiner, il convient :
• de fermer portes et fenêtres ;
• de calfeutrer les portes, les fenêtres et les bouches d’aération ;
• d’arrêter les systèmes de ventilation ou de climatisation.
Pour s’informer, il convient :
• d’écouter la radio, sur une des stations du réseau de Radio France ;
• de regarder la télévision sur une des chaînes du réseau de France Télévisions.

2- L’alerte 

Contacter un service d’urgence à l’aide du moyen le plus adapté : téléphone fixe ou portable, borne d’appel, cabine téléphonique…

Transmettre les informations :

• répondre aux questions posées par les services de secours

• appliquer les consignes données ;

• raccrocher, sur les instructions de l’opérateur.

Les informations minimales à transmettre sont :
• le numéro de téléphone ou de la borne d’où l’appel est passé ;
• la nature du problème : maladie, accident…
• la localisation la plus précise possible de l’évènement.
Lorsque l’alerte est transmise par un témoin il convient :
• avant l’alerte, de s’assurer qu’il possède tous les éléments
• après l’alerte, de vérifier qu’il a correctement exécuté l’action


3- La victime s’étouffe


4- La victime saigne abondamment


5- La victime est inconsciente


6- La victime ne respire pas (la réanimation cardio-pulmonaire et la défibrillation automatisée externe)

Apprécier l’état de conscience de la victime et pour cela :
• poser des questions simples (« Comment ça va ? », « Vous m’entendez ? ») ;
• secouer doucement les épaules ou lui prendre la main et demander d’exécuter
un ordre simple (« serrez-moi la main » …) ;
En l’absence de réponse ou de réaction de la part de la victime :
• appeler « à l’aide », si le sauveteur est seul ;
• allonger la victime sur le dos ;
• libérer les voies aériennes ;

Apprécier la respiration sur 10 secondes au plus. Pour cela :
• conserver l’élévation du menton de la victime ;
• se pencher sur la victime, oreille et joue du sauveteur au-dessus de la bouche
et du nez de la victime puis :
• regarder si le ventre et la poitrine se soulèvent ;
• écouter d’éventuels sons provoqués par la respiration ;
• sentir un éventuel flux d’air à l’expiration.
En l’absence de respiration, en présence de gasps ou en cas de doute.

1 / si un témoin est présent :

• faire alerter les secours et réclamer un DAE ;
• pratiquer une RCP en répétant des cycles de 30 compressions thoraciques suivies
de 2 insufflations ;
• faire mettre en œuvre ou mettre en œuvre le DAE le plus tôt possible et suivre ses
indications ;
• poursuivre la réanimation entreprise jusqu’au relais par les services de secours ou
à la reprise d’une respiration normale.

2 / si pas de témoin :

• alerter les secours
• en l’absence de DAE, pratiquer une RCP en répétant des cycles de 30
compressions thoraciques suivies de 2 insufflations ;
.  si un DAE est à proximité, le mettre en œuvre le plus tôt possible et suivre ses
indications ;
• poursuivre la réanimation entreprise jusqu’au relais par les services de secours ou
à la reprise d’une respiration normale.

En cas de reprise d’une respiration normale :
• cesser les manœuvres de réanimation ;
• adopter la conduite à tenir adaptée à une victime présentant une perte de connaissance.

Dans tous les cas :
• si les insufflations ne peuvent pas être effectuées (répulsion du sauveteur,
vomissements…) ou si elles semblent inefficaces, le sauveteur doit immédiatement
reprendre les compressions thoraciques.


7 – La victime se plaint d’un malaise
8 – La victime se plaint après un traumatisme

brûlure

• Refroidir la surface brûlée par ruissellement d’eau du robinet tempérée (15 à 25°C) au plus tard dans les 30 minutes suivant la brûlure [1] 

• en parallèle, retirer les vêtements, s’ils n’adhèrent pas à la peau ;

• évaluer la gravité de la brûlure, puis…


face à une brûlure grave :
• alerter les secours ;
• poursuivre le refroidissement, selon les consignes données ;
• installer en position adaptée, après refroidissement :
• allongée en général ;
• assise en cas de gêne respiratoire ;
• protégee, si possible, par un drap propre, sans recouvrir la partie brûlée ;
• surveiller continuellement


face à une brûlure simple :
•poursuivre le refroidissement, jusqu’à disparition de la douleur ;
•ne jamais percer les cloques ;
•protéger les cloques par un pansement stérile ;
•demander un avis médical :
•en l’absence de vaccination antitétanique valide ;
•s’il s’agit d’un enfant ou d’un nourrisson ;
•en cas d’apparition dans les jours qui suivent de fièvre, d’une zone chaude,
rouge, gonflée ou douloureuse.

En présence d’une brûlure par produits chimiques :
•arroser immédiatement et abondamment à l’eau courante tempérée, suivant les
consignes données lors de l’alerte des secours :
• l’ensemble du corps en cas de projection sur les vêtements ou la peau ;
• l’œil, s’il est atteint, en veillant à ce que l’eau de lavage ne coule pas sur
l’autre œil ;
•ôter les vêtements imbibés de produits, en se protégeant ;
•ne jamais faire vomir ou boire, en cas d’ingestion de produit chimique ;
•conserver l’emballage du produit en cause ;
•contacter le centre 15 et appliquer leurs consignes.
Prévention et Secours Civiques de niveau 1
PSC 1

En présence d’une brûlure électrique :
•ne jamais toucher la victime avant la suppression du risque
•arroser la zone visiblement brûlée à l’eau courante tempérée ;
•alerter les secours et appliquer les consignes.
En présence d’une brûlure interne par inhalation :
•placer en position assise, en cas de difficultés respiratoires •contacter le centre 15 et appliquer leurs consignes.

Présentation du PSC1

Protection Secours Civique de niveau 1

PUBLIC CONCERNE : Tout citoyen qui souhaite devenir un citoyen acteur de sécurité civile à part entière.

OBJECTIF GENERAL : A l’issue de la formation, le participant doit être capable d’exécuter correctement les gestes de secours destinés à :

  1. Protéger la victime et les témoins
  2. Alerter les secours d’urgence adaptés
  3. Empêcher l’aggravation de la victime et préserver son intégrité physique en attendant l’arrivée des secours

 DUREE : 12 heures

 NOMBRE DE PARTICIPANTS : 10 participants maximum

 PROGRAMME DE LA FORMATION
1- La protection
2- L’alerte
3- La victime s’étouffe
4- La victime saigne abondamment
5- La victime est inconsciente
6- La victime ne respire pas (la réanimation cardio-pulmonaire et la défibrillation automatisée externe)
7 – La victime se plaint d’un malaise
8 – La victime se plaint après un traumatisme
9. Cas concrets de synthèse

EVALUATION : Evaluation continue tout au long de la formation

RECYCLAGE: Fortement recommandé tout au long de la vie dans le cadre de la loi de modernisation de sécurité civile du 13 août 2004.