Risque infectieux et protection de l’organisme

Le fonctionnement de l’organisme peut être perturbé par l’action de certains êtres vivants appelés micro-organismes.

rougeole              enfant infecté par le virus de la rougeole                    

I / Les micro-organismes de notre environnement.

Qu’est-ce qu’un micro-organisme ?

1 / Quelques exemples de micro-organismes présents dans notre environnement :

fiche d’activité n°1: observation de micro-organismes présents dans notre environnement.

2 / définition :

Micro-organisme (du grec « petit » et  « organisme ») ou microbe, est un organisme vivant, généralement invisible à l’œil nu, qui ne peut être observé qu’à l’aide d’un microscope.

Les micro-organismes sont représentés par diverses formes de vies dont les bactéries, certains  champignons, les archéobactéries, et les protistes ; des plantes microscopiques (appelées algues) ; et des animaux tels que le plancton, le planaire et l’amibe. Certains microbiologistes incluent les virus mais d’autres ne les considèrent pas comme des êtres vivants.

II / Scénario d’attaque des micro-organismes.

1/ La contamination.

a/ Exemple d’une maladie bactérienne:le tétanos Le tétanos est causé par la contamination d’une plaie par le Clostridium tetani (bactérie) qui sécrète une neurotoxine qui migre le long des nerfs jusqu’à la moelle épinière, entraînant des contractures musculaires caractéristiques, des spasmes et des convulsions et éventuellement la mort.

b/ Exemple d’une maladie virale: la grippe

Une personne infectée demeure contagieuse tant que durent ses symptômes. La grippe se propage facilement, entre autres par les micro gouttelettes contaminées qui sont libérées dans l’air lorsqu’on tousse ou qu’on éternue. Le virus peut aussi se transmettre par la salive. Puisque le virus peut se retrouver rapidement sur le visage et les mains d’une personne grippée, les baisers et les poignées de main aux personnes malades sont à éviter. Il en va de même des objets personnels du malade (brosse à dents, jouets d’enfants, etc.)

bilan :L’organisme est constamment confronté la possibilité de pénétration de micro-organismes (bactéries et virus) issus de son environnement. 
Ils se transmettent de différentes façons d’un individu à l’autre directement ou indirectement. 
Ils franchissent la peau ou les muqueuses : c’est la contamination. 

 2/ L’infection.

a/ Exemple d’une maladie bactérienne.

Une bactérie peut entrer en division cellulaire toute les 60 minutes.

Lors d’une contamination un individu récupère 1000 bactéries pathogènes au niveau d’une plaie.

En absence de réaction de la part de l’individu, quel serait le nombre de bactéries présentes au bout de : 1 heure, 2h, 4h, 24h ?

b/ Exemple d’une maladie virale.

Bilan : Après contamination, les micro-organismes se multiplient au sein de l’organisme : c’est l’infection.

3/ la prévention face aux maladies.

Ces risques sont limités par la pratique de
l’asepsie et par l’utilisation de produits
antiseptiques.

  • la prévention lors de rapports sexuels.

 

affiche_sida_tetu

bilan : L’utilisation du préservatif
permet de lutter contre la contamination par les
microorganismes responsables des infections
sexuellement transmissibles (IST) notamment
celui du SIDA.

 

III /la réponse immunitaire

1/ les signes d’une réaction de l’organisme face à un agresseur

   a/ la réaction inflammatoire

 

b/ la prise de sang nous éclaire.

2/ une réaction immunitaire rapide.

3/ une réaction immunitaire lente.

IV/ Stimulations et perturbations du système immunitaire

1/ la vaccination

2/ les allergies

3/ le virus du SIDA

Ces risques sont limités par la pratique de
l’asepsie et par l’utilisation de produits
antiseptiques. L’utilisation du préservatif
permet de lutter contre la contamination par les
microorganismes responsables des infections
sexuellement transmissibles (IST) notamment
celui du SIDA.
Des antibiotiques appropriés permettent
d’éliminer les bactéries. Ils sont sans effet sur
les virus.
L’organisme reconnaît en permanence la
présence d’éléments étrangers grâce à son
système immunitaire.
Une réaction rapide – la phagocytose, réalisée
par des leucocytes – permet le plus souvent de
stopper l’infection.
D’autres leucocytes, des lymphocytes
spécifiques d’un antigène reconnu se
multiplient rapidement dans certains organes,
particulièrement les ganglions lymphatiques.
Les lymphocytes B sécrètent dans le sang des
molécules nommées anticorps, capables de
participer à la neutralisation des
microorganismes et de favoriser la
phagocytose.
Une personne est dite séropositive pour un
anticorps déterminé lorsqu’elle présente cet
anticorps dans son sang.
Les lymphocytes T détruisent par contact les
cellules infectées par un virus.
Les réactions spécifiques sont plus rapides et
plus efficaces lors de contacts ultérieurs avec
l’antigène.

 

 

 

 

 

 

 

  • le cours

 

L’organisme est constamment confronté à la
possibilité de pénétration de micro-organismes
(bactéries et virus) issus de son environnement.
Ils se transmettent de différentes façons d’un
individu à l’autre directement ou indirectement.
Ils franchissent la peau ou les muqueuses : c’est
la contamination.
Après contamination, les micro-organismes se
multiplient au sein de l’organisme : c’est
l’infection.
Ces risques sont limités par la pratique de
l’asepsie et par l’utilisation de produits
antiseptiques. L’utilisation du préservatif
permet de lutter contre la contamination par les
micro-organismes responsables des infections
sexuellement transmissibles (IST) notamment
celle du SIDA.
Des antibiotiques appropriés permettent
d’éliminer les bactéries. Ils sont sans effet sur
les virus.
L’organisme reconnaît en permanence la
présence d’éléments étrangers grâce à son
système immunitaire.
Une réaction rapide – la phagocytose, réalisée
par des leucocytes – permet le plus souvent de
stopper l’infection.
D’autres leucocytes, des lymphocytes
spécifiques d’un antigène reconnu se
multiplient rapidement dans certains organes,
particulièrement les ganglions lymphatiques.
Les lymphocytes B sécrètent dans le sang des
molécules nommées anticorps, capables de
participer à la neutralisation des
micro-organismes et de favoriser la
phagocytose.
Une personne est dite séropositive pour un
anticorps déterminé lorsqu’elle présente cet
anticorps dans son sang.
Les lymphocytes T détruisent par contact les
cellules infectées par un virus.
Les réactions spécifiques sont plus rapides et
plus efficaces lors de contacts ultérieurs avec
l’antigène.

La vaccination permet à l’organisme d’acquérir
préventivement et durablement une mémoire
immunitaire relative à un micro-organisme
déterminé grâce au maintien dans l’organisme
de nombreux leucocytes spécifiques.
Une immunodéficience acquise, le SIDA, peut
perturber le système immunitaire.
Un test permet de déterminer si une personne a
été contaminée par le VIH.

  • les exercices d’application

Qui cum venisset ob haec festinatis itineribus Antiochiam, praestrictis palatii ianuis, contempto Caesare, quem videri decuerat, ad praetorium cum pompa sollemni perrexit morbosque diu causatus nec regiam introiit nec processit in publicum, sed abditus multa in eius moliebatur exitium addens quaedam relationibus supervacua, quas subinde dimittebat ad principem.

Et quoniam mirari posse quosdam peregrinos existimo haec lecturos forsitan, si contigerit, quamobrem cum oratio ad ea monstranda deflexerit quae Romae gererentur, nihil praeter seditiones narratur et tabernas et vilitates harum similis alias, summatim causas perstringam nusquam a veritate sponte propria digressurus.

Hac ita persuasione reducti intra moenia bellatores obseratis undique portarum aditibus, propugnaculis insistebant et pinnis, congesta undique saxa telaque habentes in promptu, ut si quis se proripuisset interius, multitudine missilium sterneretur et lapidum.