Evolution des êtres vivants et histoire de la terre

I / apparition de la vie sur terre.

bilan : Des événements géologiques ont affecté la
surface de la Terre depuis son origine en
modifiant les milieux et les conditions de vie

II / changement des peuplement du milieu au cours du temps.

Bilan : Les espèces qui constituent les groupes,
apparaissent et disparaissent au cours des temps
géologiques.

III / l’utilisation des fossiles dans la reconstitution de l’histoire de la vie.

bilan : Les roches sédimentaires, archives géologiques,
montrent que, depuis plus de trois milliards
d’années, des groupes d’organismes vivants
sont apparus, se sont développés, ont régressé,
et ont pu disparaître.

IV / étude des espèces se succédant dans le temps.

bilan : La comparaison d’espèces conduit à
imaginer entre elles une parenté, qui s’explique
par l’évolution.

V / les interactions entre le vivant et la terre.

bilan : Au cours des temps géologiques, de grandes
crises de la biodiversité ont marqué
l’évolution ; à des extinctions en masse
succèdent des périodes de diversification.

citation de charles Darwin :

« Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes , mais celles qui s’adaptent  le mieux aux changements.  »

bilan : ces modifications de l’environnement sont à
l’origine de la sélection de formes adaptées.
La succession des formes vivantes et des
transformations géologiques ayant affecté la
surface de la Terre depuis son origine, est
utilisée pour subdiviser les temps géologiques
en ères et en périodes de durées variables.

 

VI / le principe d’évolution.

bilan : La cellule, unité du vivant, et l’universalité du
support de l’information génétique dans tous
les organismes, Homme compris, indiquent
sans ambigüité une origine primordiale
commune.
bilan : Une espèce nouvelle présente des caractères
ancestraux et aussi des caractères nouveaux par
rapport à une espèce antérieure dont elle serait
issue.

bilan : L’apparition de caractères nouveaux au cours
des générations suggère des modifications de
l’information génétique : ce sont les mutations.

VI / l’apparition de l’Homme

bilan : L’Homme, en tant qu’espèce, est apparu sur la
Terre en s’inscrivant dans le processus de
l’évolution.

pistes à explorer :

  • c’est pas sorcier : « l’évolution »

  • retour à l’obscurantisme : le courant créationniste


 

Géologie externe évolution des paysages

  • le cours

Les roches, constituant le sous-sol, subissent à
la surface de la Terre une érosion dont l’eau est
le principal agent.
Les roches résistent plus ou moins à l’action de
l’eau.
Le modelé actuel du paysage résulte de l’action
de l’eau sur les roches, du transport des
particules et de leur accumulation sur place.
La sédimentation correspond essentiellement au
dépôt de particules issues de l’érosion.
Les sédiments sont à l’origine des roches
sédimentaires .
Les roches sédimentaires peuvent contenir des
fossiles : traces ou restes d’organismes ayant
vécu dans le passé.
Les observations faites dans les milieux actuels,
transposées aux phénomènes du passé,
permettent de reconstituer certains éléments des
paysages anciens.
Les roches sédimentaires sont donc des
archives des paysages anciens.
L’action de l’Homme, dans son environnement
géologique, influe sur l’évolution des paysages.
L’Homme prélève dans son environnement
géologique les matériaux qui lui sont
nécessaires et prend en compte les
conséquences de son ac tion sur le paysage.
L’Homme peut prévenir certaines catastrophes
naturelles en limitant l’érosion.

  • les exercices d’application

Qui cum venisset ob haec festinatis itineribus Antiochiam, praestrictis palatii ianuis, contempto Caesare, quem videri decuerat, ad praetorium cum pompa sollemni perrexit morbosque diu causatus nec regiam introiit nec processit in publicum, sed abditus multa in eius moliebatur exitium addens quaedam relationibus supervacua, quas subinde dimittebat ad principem.

Et quoniam mirari posse quosdam peregrinos existimo haec lecturos forsitan, si contigerit, quamobrem cum oratio ad ea monstranda deflexerit quae Romae gererentur, nihil praeter seditiones narratur et tabernas et vilitates harum similis alias, summatim causas perstringam nusquam a veritate sponte propria digressurus.

Hac ita persuasione reducti intra moenia bellatores obseratis undique portarum aditibus, propugnaculis insistebant et pinnis, congesta undique saxa telaque habentes in promptu, ut si quis se proripuisset interius, multitudine missilium sterneretur et lapidum.